Note utilisateur:  / 20
MauvaisTrès bien 

En cas de Besoin
 
Bien que le réseau VIES 37 ne soit pas une structure créée pour aider directement les personnes, nous souhaitons que vous trouviez sur ce site

comment faire en cas de besoin.

Vous accéderez donc, ci-dessous, à plusieurs ressources qui devraient faciliter votre travail d'orientation.

Si vous êtes une institution, une entreprise ou une association régulièrement confrontée aux risques suicidaires et que vous souhaitez améliorer cette situation,

VIES 37 peut vous aider par les biais, notamment, de ses formations de repérage, de son protocole dit de « PréPostvention » et son association de formation Spirée.

Mais d’autres réponses peuvent être également élaborées ensemble. Merci de contacter le réseau.

 


 

 En cas d'extrême urgence, et seulement dans ce cas, contactez le 15 

 (ou le 112 si appel depuis un portable) 

 

Premiers conseils face à une personne qui évoque des idées suicidaires*

Ce que vous pouvez faire:
    • Accepter de l'écouter
    • La laisser exprimer ce qui motive son envie d'en finir
    • Lui parler avec calme, sans avoir peur d'aborder le sujet avec elle
    • Lui montrer que vous tenez à elle
    • L'aider à chercher ce qui pourrait l'aider à surmonter la crise, à trouver ses propres solutions
    • L'encourager, le cas échéant, à (re)prendre contact avec son médecin ou son thérapeute. Vous pouvez chercher avec elle de l'aide auprès des professionnels, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, infirmières scolaires, enseignants, associations d'aide et d'écoute, centres médico psychologique (CMP) : voir ci-dessous

Si elle ne veut pas consulter un professionnel, lui conseiller d'appeler une ligne d'écoute où elle pourra faire état de ses idées suicidaires, dans l'anonymat le plus total.

Vous même, vous pouvez appeler pour faire part de votre inquiétude ou accompagner la personne dans certaines de ses démarches.

Ce qu'il vaut mieux éviter de faire
    • Perdre votre calme et paniquer, cela l'empêcherait de se confier à vous
    • Porter un jugement moral sur son envie d'en finir
    • La culpabiliser
    • Lui dire qu'il faut arrêter d'y penser ou d'en parler, et la priver ainsi d'une possibilité de prendre du recul par rapport à ce qu'elle ressent
    • Lui donner des solutions toutes faites ou des recettes de bonheur: il n'y pas de solution universelle, et chacun a sa manière d'être heureux
    • Faire les choses à sa place, cela renforcerait son sentiment d'inutilité 
Quoi qu'il en soit, faites-vous aider, vous aussi. Ne restez pas seul(e) face à cette situation, même si la personne vous demande de garder le secret.
 
N'oubliez pas que c'est dans ces contacts souvent informels mais attentifs à l'autre que résident les premiers éléments d'une prévention du suicide.

 

Les Dispositifs Psychiatriques

En cas d'inquiétude pour vous-même ou un proche, sans caractère d'urgence immédiate

Vous pouvez, en premier lieu, faire appel au médecin traitant de la personne (après avoir recueilli son accord) pour qu'il vous aide à évaluer la situation. Ou vous tourner vers votre propre généraliste, pour qu'il vous conseille.

Vous pouvez également prendre RDV avec un psychiatre libéral ou hospitalier (votre généraliste devrait également pouvoir vous aider à vous orienter).

Enfin, il est possible de prendre RDV dans un CMP (Centre MédicoPsychologique, pour adultes ou pour enfants-adolescents). Malheureusement, les délais peuvent être longs.

      > Si la demande est pour un adulte (après 16 ans), le service hospitalier auquel vous adresserez peut être déterminé grâce à cet outil réalisé par le CHU de TOURS : ICI

      > Si la demande concerne un enfant ou un ado (avant 16 ans), le service hospitalier auquel vous adresserez peut être déterminé grâce au document "Sectorisation psychiatrique" (téléchargeable en bas de cette page)

En cas de risque important et actuel

Vous pouvez prendre contact pour avis avec le service de psychiatrie si la personne est déjà suivie et si vous le connaissez.

Vous pouvez également vous adresser, 24/24 et 7/7, aux urgences avec un accueil psychiatrique les plus proches :

    • Hôpital Trousseau
    • Hôpital d'Amboise-Château-Renault
    • Hôpital de Chinon
    • Hôpital de Loches.
    • ou, éventuellement, faire le 15

 

Les autres Dispositifs non urgents

D'autres structures peuvent vous accueillir pour faire le point avec vous :

La Maison des Adolescents (MDA)

66 Bd Béranger à Tours  -  02 47 22 20 69  -  06 23 93 11 25

Site de la Maison des Adolescents

> Ecouter l'entretien du Dr Caurier sur Radio St Martin

 

L'équipe mobile de prévention du suicide des jeunes (EMPS)

Créée et gérée par VIES 37, l'EMPS propose de rencontrer les jeunes en risque suicidaire et leurs proches directement sur leur lieu de vie selon des modalités qui vous sont expliquées ICI.

(Une équipe mobile de prévention pour ados devrait lui succéder début 2017)

 

Pour les agriculteurs

A / L'Association "AIDE 37" qui regroupe différents partenaires agricoles (Direction Départementales des Territoires, Chambre d'Agriculture, Mutuelle Sociale et Agricole, banques, centres de gestion, syndicats agricoles, assureurs...) permet un accompagnement des agriculteurs en difficulté sur le plan technique, économique et/ou humain, par des bénévoles dont certains sont médiateurs auprés du Tribunal de Grande Instance.

"AIDE 37" est implantée dans les locaux de la chambre d'agriculture située à Chambray-les-Tours, et dispose d'un numéro d'appel : 02 47 48 37 47 accessbile aux heures ouvrables, ainsi la plus grande confidentialité des échanges est préservée.

 

B / Pour les adhérents de la MSA (et lorsqu'un proche est inquiet-e pour eux/elles), un service d'écoute en ligne (Agri'Ecoute) est à disposition au 09 69 39 29 19 (prix d'un appel local)

Accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, il permet de dialoguer anonymement et de façon confidentielle avec des bénévoles formés.

 

Pour les professionnels de santé

   0805 23 23 36

Numéro anonyme et gratuit et accessible 24H/24. « La plateforme permet, pour commencer, un accueil de premier niveau d’écoute, débouchant vers une orientation adaptée (pour un cas simple) ou un rappel immédiat par un cadre de la plateforme (pour une demande plus spécifique). Elle vise également à engager une prise en charge psychologique immédiate des soignants soumis à un choc émotionnel, par des psychologues spécialisés et expérimentés » explique l’association SPS dans son dossier de presse.

 

Accompagnement de familles endeuillées

Le répertoire national des structures d'accompagnement du deuil

Grâce à un partenariat entre Vivre son Deuil et le CNDR Soin Palliatif, le répertoire national des dispositifs d’accompagnement du deuil a fait l’objet d’une première mise à jour. Il est destiné aux personnes endeuillées, à leur entourage et à tout professionnel qui les accompagne,

 
La Caf deTouraine

propose, pour sa part, divers services pour accompagner les familles endeuillées.

Vous pouvez consulter la plaquette générale de présentation ainsi que celles des groupes de parole pour les adultes ou pour les enfants/adolescents.

 

Mieux Vivre Son Deuil

Ecoute, partage et découverte : dans la cas du décès du conjoint de personnes âgées.

Il s'agit d'une action gratuite, s'inscrivant dans une démarche de prévention et d'accompagnement

Si vous êtes intéressé-é-s, ou pour plus d'informations : Service lien social, Association Bul'de Mômes, 02 47 30 82 78 / 06 19 40 38 25 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Affiche disponible en téléchargement ci-dessous

 

L'Association JALMAV

propose également un groupe pour les endeuillés.

 

La téléphonie sociale

Dans la rubrique Adresses utiles, vous trouverez des numéros de téléphone à joindre (SOS Amitié, Suicide Ecoute, Fil Santé Jeunes, Ligne Azur...) La plupart sont gratuits et anonymes.

En Touraine, S.O.S Amitié est joignable au 02 47 54 54 54.

 

Autres ressources

Notre page de ressources internet sur ce site 

Annuaire sanitaire et social 

Souffrance au travail

  

Brochures à votre disposition

Enfin, des brochures sont téléchargeables sur ce site, sous la rubrique : Documentation publique > Brochures téléchargeables

Grâce à l'UNPS, nous diffusons nationalement la brochure "Conduite à tenir en cas de suicide d'un.e salarié.e sur son lieu de travail"

Couverture Guide méthodo

Toujous avec l'UNPS, nous venons de rééditer une brochure  pour aider les personnes endeuillées par suicide : "Vous êtes en deuil après un suicide"

 

 

Pouvant également être utile...

Wikipedia met en ligne une liste internationale des lignes d’écoute en prévention du suicide :
Pays en ligne au 7/12/2015
Australia - Bangladesh - Canada -  Cayman Islands - Germany - Iran - Ireland - Italy - Japan - Korea - Mauritius - Netherlands - New Zealand - Romania - United Kingdom - United States
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_suicide_crisis_lines

 

 


Pour aller plus loin...

Qui peut agir en prévention du suicide ?

Avec certitude, la réponse est : chacun d’entre nous. Mais, bien sûr, notre action dépendra de qui nous sommes, de notre fonction (citoyen, bénévole, professionnel) et de ce qui nous conduit à le faire.

Il existe, en effet et au moins, quatre modalités de participation ou d’intervention :

l’attitude « citoyenne »

Chacun d’entre nous, par son attitude, sa vigilance peut jouer un rôle majeur pour une personne en souffrance. S’intéresser à elle, lui parler, est déjà beaucoup. Ce qui peut paraître n'être qu' « un petit geste » n’a pourtant rien d’insignifiant ! (Cf. également notre opération permanente et collaborative COLIBRI)

– la veille sociale 

Repérer et accompagner ceux qui se sentent isolés est la tâche que se sont fixée plusieurs associations de bénévoles (S.O.S Amitié, Suicide Ecoute, La porte Ouverte...). Ils peuvent intervenir en face à face, par le biais du téléphone, de courriels… ). En effet, l'un des principaux facteurs à l'origine du geste suicidaire est le sentiment de ne plus faire partie du groupe social, d'être laissé-e "sur le côté de la route".

la veille ciblée

D’autres associations ou structures professionnelles ont pour mission de repérer les personnes à risque et de les accompagner vers les aides le plus adaptées à leur propre situation. Ils ont suivi des formations (par exemple le ROCS, proposé par l’ARS du Centre grâce à VIES 37 pour notre département)

la prise en charge proprement dite

Il s’agit, cette fois, de s’occuper des personnes qui sont sur le point de passer à l’acte tout comme de celles qui viennent de le faire. C'est là le domaine de compétences des professionnels de santé (médecin généraliste, urgentiste, psychiatre, psychologue, infirmiers, notamment - mais les assistants-sociaux sont également indispensables bien souvent).

Ce peut-être, également et en amont, de préférence, un groupe de paroles. Ceux-ci sont, en général, animés par deux personnes dont l’une est, le plus souvent, un ou une psychologue (ou un psychiatre)

 


 

 * Merci à Suicide Ecoute qui a rédigé cette première partie du texte. 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Décès conjoint âgé.jpg)Décès conjoint âgé[ ]137 kB
Télécharger ce fichier (Liste des interSecteurs de Psychiatrie.doc)Sectorisation[Services Enfants et Ados]175 kB